ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 17/3 - 1987  - pp.109-119  - doi:10.1007/BF02968596
TITRE
Le traitement endoscopique de l’angiodysplasie

TITLE
The endoscopic management of angiodysplasia

RÉSUMÉ

L’angiodysplasie est une lésion relativement fréquente dont la cause est jusqu’à présent indéterminée. Une petite proportion de lésions est associée à une hémorragie active au moment de leur découverte. Ces lésions évoluent au cours de plusieurs années et chez les patients qui ont été soit coagulés soit soumis à une résection chirurgicale, de nouvelles lésions peuvent apparaître au voisinage des précédentes, dans une muqueuse colique primitivement non atteinte.

L’angiodysplasie est une des lésions traitables par voie endoscopique. La localisation des lésions par la coloscopie est au moins aussi précise que celle obtenue par angiographie. Cette méthode radiologique est utilisée en cas d’hémorragie inexpliquée et entraînant un retentissement hémodynamique, en cas de chirurgie après échec thérapeutique de l’endoscopie, ou enfin lorsque l’hémorragie est trop brutale pour pouvoir être traitée par l’endoscopie. Celle-ci est plus efficace au niveau de l’estomac et du duodénum où la fréquence des lésions angiodysplasiques avait été jusqu’à présent sous-estimée.

La découverte accidentelle d’une angiodysplasie ne justifie pas de traitement. Les moyens thérapeutiques endoscopiques sont multiples. Les petites lésions peuvent être efficacement coagulées par n’importe quelle méthode. Les lésions plus larges sont mieux contrôlées soit par le laser soit par les sondes bipolaires coaptives. On ne peut actuellement dire quelle est la meilleure méthode, mais les sondes bipolaires associent l’avantage de leur efficacité et de leur moindre prix de revient.

Les résultats obtenus chez les patients sont moins bons en cas de lésions multiples. L’exploration endoscopique du duodénum et de l’intestin grêle pose plus de problèmes.

Les patients atteints de syndrome de Rendu-Osler-Weber et de maladie de von Willebrand requièrent plusieurs séances de traitement en raison de la multiplicité des lésions. La persistance d’un saignement continu au niveau de zones accessibles à l’endoscopie telles que les muqueuses nasales et l’intestin grêle, contribue à diminuer l’efficacité de leur traitement par voie endoscopique.

L’endoscopie peropératoire est une importante contribution au traitement chirurgical de l’angiodysplasie. Moins de 10 % des lésions justifient une intervention, et ceci constitue un progrès significatif par rapport aux études antérieures [6, 19].

Le cas de traitement d’hémorragie sur lésions angiodysplasiques associées à des perturbations hémodynamiques par maladie valvulaire aortique chez les patients porteurs d’une valve aortique, nécessitent une expérience plus documentée.

L’endoscopie thérapeutique est appelée à jouer un rôle prépondérant dans le traitement de l’angiodysplasie.



ABSTRACT

Angiodysplasia is a relatively uncommon lesion the cause of which is still speculative. Only a small number of lesions actually present clinically with bleeding. These lesions evolve over many years and in those patients where they are ablated by coagulation or resected by surgery new lesions may develop in the proximity of the unaffected bowel.

Angiodysplasia is an endoscopically treatable condition. Localization of lesions to the colon by endoscopy is at least as accurate as angiography. Angiography is performed for unexplained or hemodynamically significant bleeding and surgery for therapeutic endoscopic failures, or bleeding that is too brisk to be treated endoscopically. Endoscopy is more sensitive in the stomach and duodenum where angiodysplasia is more common than had been previously assumed.

The incidental finding of angiodysplasia does not require treatment. The endoscopie means for control are now multiple. Small lesions are suitably coagulated by any method. The larger lesions may be better managed by either laser or coaptive bipolar probes. Which is the best method remains to be determined, but the bipolar probes appear to be the best buy for both efficiency and economy.

The patients that do less well have multiple lesions. Endoscopie access to the duodenum and small bowel is problematic.

Patients with Osler-Weber-Rendu syndrome and von Willebrand disease will require several treatments because of multiple lesions. Continuing blood loss in endoscopically inaccessible areas such as nasal mucosa and small bowel, beyond the reach of current endoscopes, make endoscopie treatment less than optimal.

Intraoperative endoscopy is an important contribution in the surgical management of angiodysplasia. Less than JO % of all lesions will require surgery — a significant departure from earlier studies (Meyer [19] and Boley [6]).

Reports of correction of bleeding from angiodysplasia associated with hemodynamically significant aortic valvular disease by aortic valve replacement requires further documentation.

Therapeutic endoscopic will continue to play an important role in the management of andiodysplasia.



AUTEUR(S)
N.E. MARCON

MOTS-CLÉS
Angiodysplasie, côlon, duodénum, endoscopie, estomac, lésions vasculaires, traitement

KEYWORDS
Angiodysplasia, colon, duodenum, endoscopy, stomach, treatment, vascular lesions

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (2,56 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier