ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 24/1 - 1994  - pp.3-10  - doi:10.1007/BF02970349
TITRE
Contribution de l’échoendoscopie au traitement non chirurgical et non endoscopique des tumeurs

TITLE
Endoscopic ultrasonography as an aid to non surgical nor endoscopic treatment of tumors

RÉSUMÉ

Les auteurs ont analysé les données relatives à 54 patients adressés pour USE par un service d’oncologie médicale.

L’USE est contributive dans les néoplasies œsophagiennes, permettant la détection des récidives para-œsophagiennes et les compressions (par tumeurs bronchiques), et à l’avenir, devrait probablement faciliter le traitement, mieux ciblé des cancers œsophagiens, soit par radiothérapie externe ou interne. Pour l’instant, nous considérons que l’USE joue un rôle mineur dans l’organisation du traitement non-chirurgical et non-endoscopique des cancers œsophagiens.

Dans le lymphome gastrique, l’USE fournit une bonne stadification de la maladie, mais ne modifie pas le plan de traitement médical; dans certains centres disposant de cet équipement, il permet, en cas de lésion invasive, d’écarter l’indication chirurgicale. L’USE permet probablement de déceler les récidives précoces de la maladie lorsque les biopsies sont encore négatives.

Dans les cancers anorectaux, la stadification par USE permet de sélectionner les patients qui peuvent bénéficier d’une radiothérapie préopératoire ou d’un traitement conservateur.

Dans toutes ces indications, la meilleure approche consiste à pratiquer l’exploration USE avant traitement et ensuite, en cours de follow-up («examen USE complet»).

L’imagerie de l’USE transrectale devrait à l’avenir, permettre L’organisation du traitement non chirurgical des cancers de la prostate et du col utérin.



ABSTRACT

We have analysed the data of 54 patients from the medical oncology department who were examined by EUS.

In esophageal malignancies EUS was helpful, in detecting paraesophageal recurrence and compression (by bronchial tumors), and probably will help in the future for a better targetting, by external or internal radiotherapy, of esophageal cancers. For the moment we consider that EUS has only a minor role to play in the non surgical nor endoscopic management of esophageal cancers.

In gastric lymphoma EUS gives a good staging of the disease, but does not modify the medical treatment, and can, in those centers were it is performed, exclude an intervention if invasion is pronounced. EUS can probably detect early recurrence of the disease while biopsies are still negative.

In ano-rectal cancers, EUS staging can select those patient who can benefit from preoperative radiotherapy, or conservative treatment.

In all those indications the best way to procede is to have an EUS image before treatment and after in the follow up («complete EUS examination»).

EUS imaging via the rectum can help in the future to manage non surgical approach to prostate and uterine cervix cancers.



AUTEUR(S)
M. SCHAPIRA, Ph. NICKERS, J. HENRION, M. BEAUDUIN, Fr. MAJOIS, J.-M. GHILAIN, J.-M. MAISIN, Fr. HELLER

MOTS-CLÉS
cancer de l’œsophage, cancer du rectum, échoendoscopie, lymphome gastrique, radiothérapie

KEYWORDS
endoscopic ultrasonography, esophageal carcinoma, gastric lymphoma, radiotherapy, rectal cancer

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,100 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier