ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 24/1 - 1994  - pp.59-62  - doi:10.1007/BF02970356
TITRE
Diagnostic précoce des récidives anastomotiques après chirurgie pour cancer rectal: utilité de l’échoendoscopie

TITLE
Early diagnosis of anastomotic recurrence after surgery for rectal cancer: usefulness of E.U.S.

RÉSUMÉ

Le staging préopératoire des adénocarcinomes rectaux par endoscopie, radiologie ou CT scan est généralement très décevant à la fois dans la détermination du degré d’infiltration pariétale et dans la détection des adénopaties. De même, le diagnostic de récidive locale par les mêmes méthodes est bien souvent tardif et les chances de réintervention à visée curative sont très minces.

Le but de la présente étude est de déterminer l’apport de l’échoendoscopie dans le diagnostic précoce des récidives locales.

Durant une période de 40 mois, nous avons réalisé 136 échoendoscopies rectales (nous avons utilisé les échoendoscopes GF-UM2, GF-UM3 et CF-UM3) chez 81 patients dans le cadre d’un suivi après resection antérieure du rectum pour adénocarcinome. L’examen réalisé tous les 6 mois était centré sur la suture et les 10 cm de part et d’autre de celle-ci.

Dans ce groupe de 81 patients, l’échoendoscopie a permis de suspecter une récidive locale dans 23 cas:

— 14 patients ont bénéficié d’une 2e intervention avec confirmation de la récidive dans tous les cas.

— 7 patients n’ont pas pu être réopérés pour différentes raisons.

— 1 patient ne présente toujours pas de signe de récidive 20 mois après une échoendoscopie pourtant positive (1 faux positif).

— 1 patient montrait à 2 reprises des signes de récidive mais a exigé un troisième examen avant d’accepter une réintervention.

58 patients n’avaient pas de signe échoendoscopique de récidive, aucun faux négatif n’a été démontré.

Diverses modifications peuvent être mises en évidence dans la région anastomotique mais seule une image nodulaire hypoéchogène — dans la sous-muqueuse ou la muscularis propria — a une valeur diagnostique.

Nos résultats montrent que l’échoendoscopie est une des meilleures méthodes dans le staging préopératoire des tumeurs rectales. De plus l’échoendoscopie est dans nos mains une méthode sensible et spécifique dans la détection précoce des récidives locales; ce diagnostic précoce permet une réintervention à visée curative.



ABSTRACT

Preoperative staging of rectal carcinoma by endoscopy, conventional radiology or CT scan is usually very disappointing for both depth of the infiltration into the rectal wall or perirectal tissues and in detection of parietal lymph nodes. In the same way, local recurrences are diagnosed too late by the same methods and chances for curative reintervention are very low.

The aim of this study is to evaluate the clinical value of EUS in early diagnosis of local recurrence.

For 40 months, 136 EUS were performed [with the Olympus GF-UM2, GF-UM3 or CF-UM3 echoendoscope (7.5 MHz or 12 MHz)] in 81 patients as follow-up after surgical resection of a previous rectal carcinoma. We performed EUS examination of the rectal suture and 10 cm above and below, every 6 months.

In the post-operative follow-up group of 81 patients 23 cases of recurrence were suspected by EUS,

— 14 underwent second look surgery, with confirmation of the diagnosis in all of them (only 5 of 14 were positive at endoscopic biopsy),

— 7 patients did not undergo for second look surgery

— 1 had no evidence of recurrence 20 months after EUS.

— 1 patient had 2 positive EUS but negative biopsies, the patient wanted like to have a third EUS before surgery.

58 patients demonstrated no recurrence at EUS (no false negative).

Various abnormalities can be observed in the suture area but only hypoechoic nodule -usually in the submucosa or muscularis propria — is of diagnostic value.

Our results show that EUS is one of the best procedures currently available for assessing parietal involvement and staging of rectal carcinoma. EUS might be able to guide therapeutical options.

EUS is a sensitive method to early diagnose local recurrence and lets the surgeon the opportunity for a second surgical — maybe curative — resection.



AUTEUR(S)
J.-F. NYST, P. DENIS, J.-F. VAN GEEL, J.-L. ALLE, C. DEPREZ, M. DELTENRE

MOTS-CLÉS
carcinome rectal, chirurgie, échoendoscopie, récidive, surveillance

KEYWORDS
endoscopic ultrasonography, follow-up, rectal carcinoma, recurrence, surgery

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (348 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier