ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 25/1 - 1995  - pp.21-31  - doi:10.1007/BF02965771
TITRE
Surveillance endoscopique et traitement du cancer gastrique au début

TITLE
Endoscopic management and treatment of early gastric cancer

RÉSUMÉ

La présente étude comporte l’analyse rétrospective des résultats du traitement du cancer gastrique au début, respectivement par résection muqueuse endoscopique (RME) dans 106 cas et d’autre part, par traitement au laser dans 108 cas. Les auteurs ont examiné les critères déterminant le choix de la méthode optimale de traitement du cancer gastrique au début, y compris le choix d’un éventuel mode d’intervention chirurgicale. En fonction de l’examen histopathologique des tissus réséqués et de l’existence de métastases lymphatiques, les lésions ont été réparties en deux groupes: un groupe à «indication absolue» et un groupe à «indication relative». Les taux de résection complète après RME ont été respectivement de 69,7 % (53/76) dans le groupe «indication absolue» et de 20 % (6/30) dans le groupe «indication relative». Dans le groupe «indication absolue», les taux de cancers résiduels après traitement au laser étaient de 0 % (0/24) et le taux de récidive tumorale après traitement au laser était de 4,2 % (1/24). Le taux cumulé de curabilité, comportant la guérison de la lésion tumorale récidivante après traitement supplémentaire, était de 100 % pour le même groupe (20/24). Dans le groupe «indication relative», le taux de cancers résiduels était de 17,4 % (8/46), le taux de récidive était de 13,2 % (5/38) et le taux cumulé de curabilité était de 97,4 % (37/38).

Ces résultats montrent que les réponses au traitement d’un cancer gastrique au début sont meilleures après application du laser qu’après résection par RME. Néanmoins, la RME présente l’avantage de fournir des échantillons tissulaires disponibles pour examen histopathologique. Cette caractéristique de la RME la rend recommandable en première intention pour le traitement d’un cancer au début classé dans le groupe «indication absolue», puisqu’il est possible après traitement, d’assurer sur base histopathologique la curabilité de la lésion. Un traitement par laser est indiqué en cas d’échec du traitement du cancer gastrique par RME ou dans les cas pour lesquels une RME est techniquement difficile à effectuer. Dans le groupe à «indication relative», sans élimination possible de métastases lymphatiques, certaines techniques opératoires permettent l’exérèse simultanée des ganglions lymphatiques et donc, sont recommandables en première intention.

Le traitement endoscopique par laser est recommandé pour les patients de ce groupe lorsqu’ils refusent la chirurgie ou sont exposés à des risques inacceptables du fait de maladies intercurrentes ou de leur grand âge.



ABSTRACT

We retrospectively analyzed the results of endoscopic mucosal resection (EMR) in 106 cases of early gastric cancer and laser therapy in 108 cases of early gastric cancer, and examined criteria for the selection of optimal methods of treating early gastric cancer, including the selection of operative procedure. Based on the histological examination of resected tissues for lymph node metastasis, the lesions were divided into two groups. Absolute indication group and relative indication group. The complete resection rate with EMR was 69.7 % (53/76) for the absolute indication group and 20.0 % (6/30) for the relative indication group. In the absolute indication group, the residual cancer rate after laser therapy was 0 % (0/24) and the tumor recurrence rate after laser therapy was 4.2 % (1/24). The cumulative curative rate, including healing of recurrent tumor with additional treatment, was 100 % (24/24) for the same group. In the relative indication group, the residual cancer rate was 17.4 % (8/46), the recurrence rate was 13.2 % (5/38) and the cumulative curative rate was 97.4 % (37/38). These results indicate that the responses of early gastric cancer to laser therapy are better than those to EMR. However, EMR has the advantage that it provide tissue specimens for histopathological examination. If this feature of EMR is taken into account, it seems advisable to select EMR first for cases of early gastric cancer which belong to the absolute indication group, so that a judgment of healing or non-healing can be made based on histopathological examination of the tissue resected. Laser therapy is indicated in cases of early gastric cancer which resist EMR or cases in which EMR is difficult. For the relative indication group, in which lymph node metastases cannot be ruled out, some operative procedures which allow simultaneous lymph node excision should be selected first. Endoscopic laser therapy is recommended for those patients of this group who refuse surgery or in whom surgery involves high risks due to concurrent disease or high age.



AUTEUR(S)
H. SHIMAO, Y. YOKOYAMA, Y. HIKI, Y. SAKAKIBARA

MOTS-CLÉS
cancer gastrique au début, résection muqueuse endoscopique, traitement endoscopique, traitement par laser

KEYWORDS
early gastric cancer, endoscopic treatment, endoscopic mucosal resection, laser therapy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,10 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier