ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 31/2 - 2001  - pp.125-129  - doi:10.1007/BF03023598
TITRE
Fondement histopathologique des modifications de la muqueuse œsophagienne. Ce que l’endoscopiste peut (et doit) voir

TITLE
Pathologic basis of mucosal changes in the esophagus. What the Endoscopist can (and must) see

RÉSUMÉ

Plutôt que de diagnostiquer les cancers de l’œsophage à un stade avancé et avec un pronostic médiocre, les efforts de diagnostic devraient inciter à trouver les lésions de petites tailles, les anomalies muqueuses suspectes et typiques de cancer intra-épithélial (dysplasie), de carcinome in situ (en cas de cancer épidermoïde), ou d’adénocarcinome au stade muqueux sur épithélium de Barrett, d’autant que ce dernier type de lésion présente une incidence croissante. L’évaluation des modifications muqueuses mineures devrait être centrée sur des caractéristiques fondées sur les aspects histopathologiques spécifiques: des plis papillaires accentués, atteignant presque toujours la surface épithéliale, ainsi que des capillaires superficiels témoignant d’une angiogenèse expriment le plus souvent l’aspect érythémateux de telles modifications néoplasiques. Les plaques rouges, plutôt que les leukoplasies, peuvent évoquer un carcinome in situ. Les cellules néoplasiques contiennent moins de glycogène et pour cette raison ne se colorent pas par la solution de Lugol. Ceci permet à l’endoscopiste de cibler ses biopsies sur les zones incolores. L’hétérotopie gastrique de l’épithélium de Barrett «normal» présente également une muqueuse rouge et les dysplasies sur épithélium de Barrett ainsi que les cancers superficiels risquent d’être méconnus à l’examen endoscopique si l’on ne concentre pas son attention sur ces modifications très subtiles visualisées par l’endoscopie à haute résolution (avec méthodes de coloration vitale). Selon notre analyse rétrospective, la majorité des lésions de dysplasie et un tiers des cancers n’ont pas été reconnus lors de l’endoscopie initiale. Toutefois, l’utilisation des endoscopes à haute résolution et de la chromoendoscopie ont été en mesure de fournir dans la majorité des cas une corrélation entre les constatations endoscopiques et le diagnostic histologique. Des altérations érosives superficielles, des dépôts minimes de fibrine, un aspect de la muqueuse, des nodules ou des dépressions et une décoloration rouge plus intense constituent les anomalies qui doivent retenir l’attention. La coloration vitale par le bleu de méthylène et l’indigo carmin permettent de cibler plus précisément les biopsies puisque les zones colorées d’une façon moins homogène ou décolorées semblent en corrélation étroite avec les néoplasies intra-épithéliales.



ABSTRACT

Instead of diagnosing advanced cancers of the esophagus with a generally poor prognosis the goal of diagnostic efforts should be to find smaller, suspicious looking mucosal changes typical of intraepithelial neoplasia (dysplasia), carcinoma in situ (in the case of squamous cell cancers) or mucosal Barrett-adenocarcinoma, especially in light of the rising incidence of esophageal adenocarcinoma. Evaluation of such subtle mucosal changes should concentrate on characteristics based on their specific pathology: more pronounced papillary folds, almost reaching the surface of the epithelium, and angiogenesis of superficial capillaries account for the erythematous appearance of such neoplastic changes. These red plaques, rather than leukoplakia, can represent carcinoma in situ. The neoplastic cells contain less glycogen and are therefore not stainable with Lugol solution. These unstained areas can be targeted with biopsies by the endoscopist.

Gastric heterotopia and “normal” Barrett’s epithelium also appear as red mucosa, and dysplasia in Barrett’s epithelium and even early cancers are frequently missed on endoscopic examination, if one doesn’t pay attention to the very subtle changes that are visible when using high resolution endoscopy (and staining methods). On our retrospective analysis the majority of dysplasias and about 1/3 of cancers were not seen on initial endoscopy. However, use of high resolution equipment and chromoendoscopy was able to find endoscopic correlates of our histologic diagnosis in the majority of cases. Minimally erosive changes, minute fibrin depositions, granulation of the mucosa, nodularities and depressions, as well as more intense red discoloration are features to look for. Staining with methylene blue and indigo carmine can help to target biopsies even better, since inhomogeneously stained or unstained areas seem to correlate with intraepithelial neoplasia.



AUTEUR(S)
M. STOLTE, M. VIETH

MOTS-CLÉS
adénocarcinome de l’œsophage, angiogenèse, cancer épidermoïde, cancer muqueux superficiel, chromoendoscopie, endoscopie à haute résolution, néoplasie intraépithéliale

KEYWORDS
angiogenesis, chromoendoscopy, early mucosal cancer, esophageal adenocarcinoma, high resolution endoscopy, intraepithelial neoplasia, squamous cell cancer

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (577 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier