ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 33/3 - 2003  - pp.347-356  - doi:10.1007/BF03015748
TITRE
A propos de quelques pseudotumeurs du tractus digestif

TITLE
About a few pseudotumours of the digestive tract

RÉSUMÉ

Des lésions non néoplasiques, se présentant comme des masses, nodules ou polypes pseudo-tumoraux, peuvent s’observer à tous les niveaux du tractus digestif. Elles peuvent être d’origine diverse: héréditaire, congénitale, inflammatoire ou mécanique. Les auteurs passent en revue leurs caractéristiques histologiques et leur pronostic.

Les lésions de Peutz-Jeghers représentent un bon exemple de pseudotumeur héréditaire. Elles sont recouvertes par l’épithélium provenant du site où le polype se développe.

Le polype juvénile peut être solitaire ou rentrer dans le cadre d’un syndrome héréditaire.

Les hétérotopies ou ectopies, résultant d’une localisation tissulaire anormale durant la vie embryonnaire, peuvent être pancréatique, gastrique ou plus rarement bronchique. Les ectopies pancréatiques sont situées dans l’estomac ou dans l’intestin grêle, notamment dans le diverticule de Meckel. Leur diagnostic est facile quand du tissu endocrinien ou acinaire est objectivé. Il est plus difficile quand seuls persistent quelques canaux. Dans l’estomac lui-même, les ectopies gastriques sont de petits nodules sous-muqueux.

Le polype fibroïde inflammatoire représente un exemple de lésion pseudo-inflammatoire. Il se situe habituellement dans l’antre et dans l’intestin grêle où il peut induire des intussusceptions.

Le tractus digestif comme la vessie ont la capacité de produire, lors de processus de régénération, un tissu constitué de celllules myofibroblastiques et de cellules endothéliales exubérantes mimant un sarcome voire un carcinome.

Le syndrome de l’ulcère solitaire dû à un problème mécanique de défécation provoquant un prolapsus muqueux n’est pas uniquement rectal. Il peut se rencontrer au niveau du côlon («cap polyp») comme de l’anus (polype cloacogénique). Un diagnostic correct repose sur un ensemble de critères histologiques stricts.

Le polype hyperplasique est fréquent au niveau du côlon où il doit se différencier des polypes néoplasiques. Dans l’estomac, les polypes hyperplasiques sont le plus souvent antraux et peuvent être multiples. Il correspondent à une hyperplasie de la zone fovéolaire; leur chorion est inflammatoire. Les polypes kystiques fundiques, décrits en association avec la polypose familiale peuvent parfois être isolés. Ils sont souvent multiples et d’étiopathogénie inconnue. Une relation avec l’oméprazole a été suggérée par certains auteurs.



ABSTRACT

Non neoplastic lesions presenting as pseudotumoural masses, nodules or polyps can be found at any level of the digestive tract. They can have different origins: hereditary, congenital inflammatory or mechanical.

Peutz-Jeghers lesions represent a good example of hereditary pseudotumours; they are covered by an epithelium indigenous to the site where they develop.

Juvenile polyps can be solitary or part of a hereditary disorder.

Congenitally misplaced tissues occur by cellular entrapment during embryonic reshaping.

They can be pancreatic, gastric or more rarely bronchial. Pancreatic ectopias are quite common in the stomach and small intestine including Meckel’s diverticula. Their diagnosis is straightforward when acinar or endocrine tissue is present. Problems occur when they are limited to ducts. In the stomach itself, gastric ectopias give rise to small submucosal nodules.

The inflammatory fibroid polyps represent an example of pseudotumoural inflammatory lesions. They are mostly seen in the gastric antrum and in the small intestine where they can induce intussuception. The digestive tract shares with the bladder the astonishing capacity to form during regenerative processes an exuberant endothelial and myofibroblastic tissue mimicking on biopsy a sarcoma or even a carcinoma.

Solitary ulcer syndrome due to mechanical causes such as mucosal prolapse, is not restricted to the rectum and can be seen higher in the colon as cap polyps or in the anus as cloacogenic polyps. A correct diagnosis is based on a conjunction of several histological changes.

Hyperplastic polyps are frequent in the colon where they must be distinguished from neoplastic polyps. In the stomach they occur mostly in the antrum and can be multiple. They are formed by hyperplastic foveolae and inflammatory chorion.

Fundic gland polyps were first described in familial adenomatous polyposis but they can be sporadic. They are small sized, often multiple lesions of uncertain pathogeny. A relation to omeprasole therapy has been suggested by some authors.



AUTEUR(S)
Anne JOURET, J. HAOT

KEYWORDS
fibroid polyp, hamartomas, heterotopias, prolapse syndrome, pseudo-tumour

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (4,69 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier