ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 34/3 - 2004  - pp.348-349  - doi:10.1007/BF03004265
TITRE
Le reflux gastroœsophagien (RGO) dans la population française résultats dune enquête nationale réalisée auprés d’un échantillon de 8000 personees âgées de 18 ans et plus

ABSTRACT

Parmi les patients souffrant de R G O, la proportion de ceux ne consultant pas un médecin, est mal connue en France. Une enquête de population sur le RGO a donc pour objectif de mieux préciser les caractéristiques de cette pathologie, les modalités de sa prise en charge et le degré de satisfaction qui en découle.

L’enquètea étéréalisée par TNS SOFRES entre le 30 / 06 / 03 et le 08 / 08 / 03 auprès d ’un échantillon représentatif de 7900 individus. Le questionnaire qui renfermait 46 questions a été retourné par 70% de la cible. Parmi les 5 395 questionnaires exploitables, 1 690 personnes (31%) déclaraient avoirdéjà souffertde RGOfpyrosis et/ ou régurgitations, et 419 (8%) au moins 1 fois par semaine. Ces 419 personnes ont fait l’objet de l’analyse.

La population était majoritairement féminine (54%) d’âge moyen égal à 51.7 ans. Un surpoids ou une obésité était présente dans 51 % deseas, mais la plupart ne fumaient pas (82%), et ne buvaient pas d’alcool régulièrement (66%). L’ancienneté du RGO était de 8.2±7.8 ans; 38% déclaraient avoir des symptômes sévères ou très sévères et 25% avaient un retentissement important dans leur vie quotidienne; 14% n’avaient jamais consulté de médecin, mais 72% avaient consulté un généraliste et 47% un gastroentérologue (GE). Un G E seul avait été consulté dans 11 % des cas; 26 % avaient consulté dans un délai < 1 mois et 26 % > 1 an. Au cours des 12 derniers mois, 68% de la population avaient consulté, en moyenne 3.3 ±2.7 fois. Une endoscopic etune pH-métrie avaient été faites chez 58% et 4% des consultants. Des conseils hygiéno-diététiques (n = 3.0±1.7) avaient été prodigués chez 78% des individus, pas toujours avec discernement (arrêt du tabac chez 53 % des fumeurs). Les individus se disaient satisfaits des explications reçues sur les symptômes et le traitement (7.4 et 7.3 sur 10); cependant, 36% auraient aimé plus d’informations. Au cours des 12 derniers mois, 89% avaient pris un médicament, sur prescription médicale dans 76 % des cas (IPP 54%, antiacides/alginates 47%, prokinétiques 16%, anti-H

Parmi les 8% de la population française adulte souffrant de symptômes de RGO au moins unefois parsemaine, 14% n’ont jamais consulté. Parmi les consultants, 26% ontattendu plusd’un an pour le faire et 58% ont eu une endoscopic. Les I P P sont les médicaments les plus prescrits, suivis par les antiacides/alginates. Le degré de satisfaction de la prise en charge est élevé, quoique imparfait, et environ un tiers des individus sont à la recherche d’informations complémentaires sur leur maladie.



AUTEUR(S)
J.F. BRETAGNE, B. RICHARD-MOLARD, C. HONNORAT, A. CAEKAERT, P. BARTHÉLEMY

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (203 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier