ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 37/2 - 2007  - pp.131-148  - doi:10.1007/BF02961785
TITRE
Observatoire du Cancer Colorectal: Résultats d’une enquête nationale de pratique en milieu libéral

TITLE
Observatory of the Colorectal Cancer Results of a national enquiry about private practice

RÉSUMÉ

L’incidence du Cancer Colorectal (CRC) en France est estimée à 36.257 cas et sa prévalence à 200.000 patients. Le but de ce travail est d’évaluer la place des Hépatogastroentérologues libéraux (HGEL) dans la prise en charge du CCR et de préciser les spécificités de la filière libérale. Il s’agit d’un observatoire de pratique reposant sur la signalisation prospective des patients sur une période donnée; parmi les 1 971 HGEL initialement sollicités, 441 (22,4 %) ont inclus sur 5 jours 1250 patients vus pour CCR quel qu’en soit le motif (consultation, échographie, endoscopie, chimiothérapie, suivi…). L’échantillon des praticiens a été corrigé pour l’âge, le sexe, la zone et le type d’exercice médical (privé ou mixte) sur la base des données démographiques disponibles fin 2004 (CARMF et CNOM). Les données brutes ont été ensuite extrapolées à la totalité des HGEL et sur une année entière, sur la base de 44,5 semaines travaillées. L’incidence a été standardisée par rapport à la population mondiale de référence. L’évaluation de la prévalence a tenu le compte de la fréquence moyenne du suivi des patients. L’analyse statistique des données a été réalisée par la société Stethos.

La cohorte initiale comporte 722 hommes (57,8 %; âge moyen: 68,2 ans) et 528 femmes (42,2 %; âge moyen 67,9 ans) dont 587 cas incidents (hommes: 324, femmes: 263). Après extrapolation, l’incidence brute est de 29.799 cas (hommes: 16.448, femmes: 13.351). Les taux bruts d’incidence sont de 57.7/105 chez l’homme, 44.2/105 chez la femme; les taux d’incidence standardisés sont respectivement de 35.7/105 et 25/105. Sur la base d’un suivi médian de 9.9 mois, la prévalence de la maladie est estimée à 203.518 patients, c’est-à-dire 346.6/105 ou 0.35 % de la population française.

Le diagnostic du CCR se fait majoritairement au stade des symptômes (84.4 %); 4 648 nouveaux cas sont diagnostiqués par an à l’occasion d’un dépistage individuel; 1.2 % seulement le sont dans le cadre d’un dépistage de masse organisé soit 357 cas annuels. Il existe un moindre enregistrement de cas dans les tranches d’âges avancés, particulièrement chez la femme: 16,1 % de cas chez les patients de plus de 80 ansvs 24,3 % dans les statistiques des registres et une majorité de cancers sont découverts à un stade précoce limité à l’organe (61.9 %). Parmi les nouveaux cas, une coloscopie avait été réalisée par le passé dans 18 % des cas dont 6 % durant les 12 derniers mois. Le taux de recours à la chirurgie est de 95,2 %. Le stade tumoral est connu chez 96,9 % des patients opérés soit 92,2 % de la population globale; stade I: 34,3 %, stade II: 27,6 %, stade III: 24,8 %, stade IV: 13,3 %. Une chimiothérapie est réalisée chez 48,5 % des patients; en adjuvant, le taux est de 57,4 % pour les stades III et de 30 % pour les stades II. Le nombre de patients réellement inclus dans des essais thérapeutiques est très faible (4 %).

L’activité des HGEL dans la prise en charge des cancers colorectaux en France représente annuellement 238.654 actes médicaux, parmi lesquels 15.011 pour le bilan d’extension, 31.115 pour le traitement et 149.044 pour la surveillance. Ils réalisent au total 85.438 consultations, 53.458 échographies et 80.187 coloscopies. 15.035 séances de chimiothérapies sont effectuées chaque année représentant 6,3 % de l’activité médicale des HGEL et 4 108 patients. Avec 29.799 nouveaux cas chaque année en France, les HGEL sont à l’origine du diagnostic de plus de 3 CCR sur 4 dans notre pays.

En conclusion, cet observatoire de pratique montre que les HGEL français sont fortement impliqués dans la prise en charge du CCR tant au niveau du diagnostic et du dépistage que du suivi. Avec presque 30.000 nouveaux cas par an seulement pour la filière libérale en 2005, l’incidence du CCR reste élevée et la prévalence a augmenté pendant la dernière décennie. La méthodologie utilisée ici, appliquée à l’ensemble de la profession, permettrait de surveiller de manière simple et régulière l’incidence du CCR en France en complément des données fournies par les registres de tumeurs.



ABSTRACT

The incidence of Colorectal Cancer (CRC) in France is estimated at 36.257 cases and its prevalence at 200.000 patients. The aim of this work is to evaluate the place of private gastroenterologists (PGs) in the management of CRC and to precise the specificities of private practice. This practice observatory is based on the prospective signalisation of patients on a given length of time. Among the 1971 PGs initially invited to take part to the project, 441 (22.4 %) included 1250 patients with CRC seen during 5 days whatever the reason (consultation, ultrasonography, endoscopy, chemotherapy, follow-up…). The sample of practitioners was corrected for sex, area and type of practice (private or both hospital and private) on the basis of demographical data available at the end of 2004 and provided by CARMF and CNOM. Gross data have been extrapolated to the whole of PGs and on a full year based on 44.5 worked weeks. The incidence was standardized according to the world population taken as reference. The assessment of prevalence took into account the mean frequency of the patients’ follow-up. The statistic analysis of the data was performed by Stethos society.

The initial cohort included 722 men (57.8 %; mean age: 68.2 years) and 528 women (42.2 %; mean age 67.9 years); among them 587 were incident cases (men: 324, women: 263). After extrapolation; the gross incidence was 29.799 cases (men: 16.448, women: 13.351). The gross incidence rates are 57.7/105 in men, 44.2/105 in women; the standardized incidence rates are respectively 35.7/105 and 25/105. On the basis of a median follow-up of 9.9 months, the prevalence of CRC is estimated at 203.518 patients, i.e. 346.6/105 or 0.35 % of the French population.

The diagnosis of CRC is generally made at the stage of symptoms (84.4 %); 4648 new cases are diagnosed each year through individual screening; only 1.2 % of these cases being found in the frame of a mass screening i.e. 357 cases per year. Fewer cases are registered in older age groups, especially in women: 16.1 % of cases in patients over 80 yrsvs. 24.3 % in the statistics of registries and a majority of cancers are discovered at an early stage, limited to the organ (61.9 %). Among the new cases, a coloscopy had already been performed in the past in 18 % of the cases and in 6 % of these during the past 12 months. The rate of surgical treatment was 95.2 %. The tumoral stage was known in 96.9 % of operated patients i.e. 92.2 % of the whole population; stage I: 34.3 %, stage II: 27.6 %, stage III: 24.8 %, stage IV: 13.3 %. 48.5 % of the patients received chemotherapy; as an adjuvant the rate is 57.4 % for stages III and 30 % for stages II. The number of patients really included in therapeutic trials is very low (4 %).

In France, the activity of PGs in the management of colorectal cancers represents 238.654 medical procedures yearly, among which 15.011 for staging, 31.115 for treatment and 149.044 for surveillance. On the whole, they perform 85.438 consultations, 53.458 ultrasonographic investigations and 80.187 colonoscopies; 15.035 chemotherapy sessions are carried out every year representing 6.3 % of the PG medical activity and 4108 patients. With 29.799 new cases each year in France, PGs are at the origin of the diagnosis of more than 3 CRC out of 4 in our country.

In conclusion, this observatory of practice shows that French PGs are highly implicated in the management of CRC whether it being diagnosis, screening or follow-up. With nearly 30.000 new cases per year, only for private practice in 2005, the incidence of CRC remains high and the prevalence has increased during the last decade. The methodology used here, applied to the whole profession, could allow for an easy and regular surveillance of the incidence of CRC in France in complement to the data provided by the registries of tumours.



AUTEUR(S)
P. PIENKOWSKI, Ph. HOUCKE, Gérard LLEDO, B. RICHARD-MOLARD, J.M. ROUILLON, Catherine HUBERT

MOTS-CLÉS
cancer colorectal, extrapolation, filière libérale, histoire naturelle, incidence, observatoire de pratique, place des Hépatogastroentérologues libéraux, prise en charge

KEYWORDS
colorectal cancer, extrapolation, management, natural history, observatory of practice, place of pivate hepatogastroenterologists, private practice

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (632 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier