ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 38/3 - 2008  - pp.263-281  - doi:10.1007/BF02961987
TITRE
Lésions dentaires associées aux acides d’origine exogène et endogène

TITLE
Dental lesions associated with exogenous and endogenous acids

RÉSUMÉ

La pathologie dentaire liée à l’agression acide et en particulier au reflux gastro-œsophagien supraglottique est largement méconnue en gastroentérologie y compris par les endoscopistes qui cependant, opèrent «bouche ouverte». Actuellement bien définies et très reconnaissables, ces lésions érosives n’ont guère bénéficié d’une évaluation de leur prévalence et de leur fréquence alors qu’à un stade avancé, elles sont irréversibles. Le diagnostic précoce est donc indispensable. La destruction des tissus dentaires calcifiés par des mécanismes autres que la carie est reprise sous le terme général d’usure ou de lésions non-carieuses.

L’usure mécanique due aux frottements dento-dentaires (dents antagonistes) affecte les faces occlusales des dents postérieures et les bords incisifs des dents antérieures. Elle constitue l’attrition. Le bruxisme est la principale cause.

L’usure mécanique provoquée par des éléments introduits dans la cavité buccale est appelée abrasion. Classiquement, l’abrasion pathologique est associée à un brossage dentaire inapproprié: dentifrice abrasif, brosse à dents dure, brossage appuyé et à prédominance horizontale. Elle se localise habituellement dans la région cervicale des faces vestibulaires. L’opinion actuelle plaide en faveur d’une étiologie mixte: attaque chimique favorisant l’élimination mécanique de l’émail fragilisé.

Le rôle déterminant de la déminéralisation d’origine non-bactérienne ou érosion apparaît de plus en plus clairement. L’érosion peut être d’origine exogène. Les acides et les chélateurs d’origine alimentaire (jus de fruits, boissons carbonatées, légumes, etc.) en sont les principaux agents responsables. La fréquence d’ingestion et la durée du séjour des liquides acides dans la cavité buccale sont déterminantes.

L’érosion endogène est provoquée par la présence répétée du contenu acide d’origine gastrique dans la cavité buccale. Celui-ci provient essentiellement de vomissements spontanés et surtout provoqués (anorexie et boulimie) ou de régurgitations gastro-œsophagiennes. La localisation spécifique des érosions endogènes au niveau des faces palatines des dents antéro-supérieures doit attirer l’attention du dentiste qui, sur base d’une anamnèse approfondie, pourra orienter le patient vers le médecin spécialiste concerné, très souvent un gastroentérologue.

Il est difficile d’isoler l’étiologie principale de l’usure, vu l’absence de spécificité de la plupart des lésions initiales et leur origine généralement combinée. Elle est cependant capitale afin de pouvoir prévenir la progression des lésions et préserver les restaurations.

Selon l’étiologie (bruxisme, mesures d’hygiène buccale inadéquates, consommation excessive de produits acides, troubles du comportement alimentaire, alcoolisme chronique, régurgitation gastro-œsophagienne…), la suppression de la cause initiale peut être plus ou moins difficile à réaliser.

Les lésions débutantes sont contrôlables de manière non invasive par pose de résines fluides et/ou d’adhésifs. Les lésions peu importantes pourront encore être traitées par des techniques simples de collage direct de résines composites permettant de restaurer l’anatomie.

En cas de destructions étendues, les méthodes indirectes par inlay/onlay, facettes et couronnes seront requises. Un suivi régulier est indispensable.



ABSTRACT

Dental pathology related to acid and particularly to supraglottic gastro-oesophageal reflux is largely unknown in gastroenterology, including for endoscopists who nevertheless operate through the open mouth. Currently well defined and very recognisable, the prevalence and frequency of these erosive lesions has barely been studied, while at an advanced stage they are irreversible. Early diagnosis is thus indispensable. The destruction of calcified dental tissues by mechanisms other than the carie is covered under the general terms of wear or noncarious lesions.

Mechanical wear due to tooth-tooth contact (antagonist teeth) affects the occlusal faces of the posterior teeth and the incisor edges of anterior teeth. It constitutes attrition. Bruxism is the main cause.

Mechanical wear provoked by elements introduced into the oral cavity is called abrasion. Classically, pathological abrasion is associated with inappropriate tooth-brushing: abrasive toothpaste, a hard toothbrush, and hard and predominantly horizontal brushing. It is generally located in the cervical region of the vestibular sides. Current opinion pleads in favour of a mixed etiology: chemical attack favouring the mechanical elimination of weakened enamel.

The determining role of demineralisation of non-bacterial origin or erosion is becoming clearer. Erosion may be of an exogenous origin. Acids and chelators of alimentary origin (fruit juices, carbonated drinks, vegetables, etc.) are the main agents responsible. The frequency of ingestion and the duration that acid liquids remain in the oral cavity are determining factors.

Endogenous erosion is provoked by the repeated presence of acid of gastric origin in the oral cavity. This is mainly from spontaneous vomiting and above all from provoked vomiting (anorexia and bulimia) or gastro-oesophageal regurgitation. The specific localisation of endogenous erosion at the level of the palatal side of anterosuperior teeth should draw the attention of the dentist who, based on in-depth anamnesis, can orient the patient towards the specialised physician concerned, very often a gastroenterologist.

It is difficult to isolate the main etiology of wear, given the absence of the specificity of most of the initial lesions and their generally combined origin. It is capital, however, in order to prevent the progression of the lesions and preserve any restoration.

According to the etiology (bruxism, inadequate oral hygiene, excessive consumption of acidic products, dietary behavioural problems, chronic alcoholism, gastro-oesophageal regurgitation…) the suppression of the initial cause may be more or less difficult to achieve.

Beginning lesions are controllable in a non-invasive manner by the application of fluid resins and/or adhesives. Small lesions can still be treated by simple techniques of directly applying composite resins which restore the anatomy.

In the case of extensive destruction, indirect methods of inlay/onlay, veneers and crowns are required. Regular follow-up is indispensable.



AUTEUR(S)
J. VREVEN, G. VERMEERSCH, P. MAINGUET

MOTS-CLÉS
abrasion, alimentation acide, attrition, boissons carbonatées, boulimie, érosion, lésions dentaires non carieuses, reflux gastroœsophagien

KEYWORDS
abrasion, attrition, bulimia, carbonated beverages, dietary acid, erosion, gastro-oesophageal reflux, noncarious dental lesions

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,80 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier