ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

ACTA Endoscopica

0240-642X
Revue officielle de la Société Française d'Endoscopie Digestive
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1971 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 39/2 - 2009  - pp.92-99  - doi:10.1007/s10190-009-0014-2
TITRE
Prise en charge des perforations coliques au cours de la coloscopie en 2009

TITLE
Treatment of colonic perforations during colonoscopy in 2009

RÉSUMÉ

Les perforations coliques au cours de la colonoscopie, peuvent survenir lors d’une tension excessive de la paroi colique, au décours d’un acte thérapeutique (coagulation, polypectomie, mucosectomie) ou par explosion secondaire à l’utilisation d’un courant haute fréquence dans un côlon avec persistance de gaz de fermentation. Sa fréquence est exceptionnelle de l’ordre de 2 ‰ voire plus faible entre 0,5 à 1 ‰ lors des coloscopies de dépistage chez les sujets à risque moyen de cancer colorectal. L’objectif de cette revue est d’apporter les arguments existants et objectifs pour positionner le traitement endoscopique par clips par rapport à l’attitude chirurgicale usuelle.

Le traitement habituel est chirurgical et associé à une mortalité oscillant entre 3 et 10%: le geste réalisé est une simple suture dans 1/3 des cas avec un risque de stomie temporaire ou définitive variant de 11 à 39 %. Une revue de la littérature depuis 1990 jusqu’à fin 2008, a permis de corriger tous les cas traités endoscopiquement.

La première fermeture per-endoscopique, par clips, a été réalisée en 1997 et depuis, 84 cas ont été rapportés dans la littérature. Un succès technique de fermeture par clips est décrit dans 69 à 100 % des cas pour les plus grandes séries mais ces succès ne concernent qu’un sous-groupe de patients ne représentant que19, 56 et 90 % des 23 à 30 perforations enregistrées dans les trois plus grandes séries. La fermeture per-endoscopique ne peut être envisagée que si le diagnostic se fait lors de la coloscopie avec une préparation colique excellente, une exsufflation totale lors de la fin de la fermeture et un repérage précis du site anatomique de la perforation fermée par des clips. Cependant, la prise en charge repose sur une attitude et une surveillance médico-chirurgicale, la simple constatation d’un pneumopéritoine chez un patient asymptomatique n’étant pas une indication formelle à un traitement chirurgical. Toutes les perforations dont le diagnostic est retardé sont généralement associées à des signes abdominaux ou péritonéaux qui constituent une indication à un traitement chirurgical.

Le perfectionnement du matériel per-endoscopique de fermeture ou de suture laisse envisager une modification de cet algorithme. Cependant, leur prise en charge sera toujours basée sur la nécessité de reconnaître lors de la coloscopie initiale la perforation et de disposer d’un matériel coût-efficace pour prendre en charge ces perforations dont les circonstances font qu’elles ne pourront pas être traitées secondairement par un centre référent.



ABSTRACT

Colonic perforations during a colonoscopy can occur when there is excessive pressure on the colonic wall, during a therapeutic procedure (coagulation, polypectomy, mucosectomy) or by a reaction secondary to the use of a high frequency current in the colon with persistency of fermentation gas. It is very rare, about 2 %, and sometimes even between 0.5 and 1 % during screening colonoscopies in subjects at average risk of colorectal cancer. The purpose of this review is to discuss existing arguments and objectives in order to position endoscopic treatment with clips compared with a standard surgical approach.

Standard treatment is surgery and is associated with mortality ranging between 3 and 10 %: The procedure is a single suture in 1/3 of cases with the risk of temporary or permanent stomy ranging from 11 to 39 %.

The first endoscopic closure with clips was conducted in 1997 and since then 84 cases have been reported in the literature. A successful closure with clips was described in 69 to 100 % of cases for the largest series but this success only represents a sub-group of patients only representing 19, 56 and 90 % of 23 to 30 perforations recorded in the three largest series. Endoscopic closure can only be considered if diagnosis is made during a colonoscopy with excellent colonic preparation, total exsufflation towards the end of the closure and accurate marking of the anatomical site of the perforation closed with clips. However, treatment relies on medical-surgical monitoring and approach; the discovery of a pneumoperitoneum in an asymptomatic patient is not a formal indication for surgery. All perforations whose diagnosis is delayed are generally associated with abdominal or peritoneal symptoms, which is an indication for surgery.

The perfection of endoscopic closure equipment or suturing paves the way for considering a change to this algorithm. However, treatment will always be based on the need to recognise the perforation during the initial colonoscopy and to have cost-effective equipment to treat these perforations; the circumstances of which mean that they cannot be secondarily treated by a referring centre.



AUTEUR(S)
D. HERESBACH

MOTS-CLÉS
Coloscopie, Complications de l’endoscopie digestive, Polypectomie et mucosectomie endoscopique, Lésion néoplasique précoce du tube digestif

KEYWORDS
Colonoscopy, Complications of digestive endoscopy, Polypectomy and endoscopic mucosectomy, Early neoplastic lesion in digestive tract

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (219 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier